Laboratoire Inolab | Les coefficients multiplicateur de biodisponibilité

Les coefficients multiplicateur de biodisponibilité

biodisponibilité

 

Peut-on faire confiance au coefficient multiplicateur de biodisponibilité ?
Ne vous faites plus avoir ! 

 

Si vous souhaitez comprendre et déchiffrer les études des laboratoires ainsi que les chiffres annoncés, alors il vous faut savoir comment les chiffres peuvent vous mentir. Les coefficients multiplicateurs, les compléments alimentaires qui annoncent des résultats qui doublent, triplent les effets des principes actifs… Cela vous parle ? Apprenez à vérifier vous -même ces chiffres en demandant les études sur lesquels ces chiffres sont basés.

 

 

COMPRENDRE

Les coefficients multiplicateurs sont utilisés pour comparer deux formules : la formulation test et la formulation standard.
Evidemment, pour être exact,  il faut comparer exactement les mêmes quantité

 

 

 

MÉFIEZ-VOUS

On s’attend à ce que les coefficients multiplicateurs de biodisponibilité que les laboratoires écrivent en gros à côté de leur produit « X 200 » « X 65 » soient des chiffres réels et sérieux. Pourtant, beaucoup d’entre eux sont biaisés car un nombre limité de personne se donne la peine de revoir leur chiffre. Mais maintenant, vous ne vous ferez plus avoir !

Ces coefficients multiplicateurs sont souvent trompeurs. Nous avons eu la surprise de découvrir que certains laboratoires affichaient des coefficients multiplicateurs plus élevés que d’autres alors même que les études cliniques de leur brevet mesurant la concentration plasmatique du nutriment ou AUC  (qu’est-ce que l’AUC ?) indiquaient des résultats inférieurs pour une dose ingérée par voie orale supérieure !!  Bizarre non ?

Nous avons chercher à savoir pourquoi. On a découvert que l’ on peut  gonfler artificiellement des coefficients multiplicateurs de biodisponibilité !

Par exemple, une technique est de comparer les résultats de deux études cliniques différentes obtenus suite à des doses ingérées différentes (la dose ingérée dans les études de certains laboratoire est nettement inférieure à celle de l’étude qui va servir de comparaison). Pour calculer leur coefficient multiplicateur de biodisponibilité, ils appliquent tout simplement une règle de proportionnalité aussi appelé « règle de trois ». Sauf que, l’assimilation d’un principe actif n’est pas proportionnelle à la dose ingérée (dans une majorité de cas). La courbe de biodisponibilité (assimilation) d’un produit n’est pas linéaire comme vous avez pu le voir dans l’article sur la biodisponibilité. On note généralement un effet de seuil au-delà duquel le produit actif est en plus grande partie éliminé par l’organisme. Cette règle de trois appliquée à leur résultat gonfle artificiellement le coefficient annoncé par la suite en grande pompe marketing !

Vous l’aurez compris, l’unique solution pour annoncer un coefficient multiplicateur valable est de comparer  les résultats de concentration plasmatique obtenus dans une même étude, c’est à dire dans  les mêmes conditions et avec les mêmes doses  ingérées du principe actif. Dans ces conditions seulement, on peut  calculer un coefficient  X  entre, par exemple, le brevet de curcuma  « Curqfen » et  un extrait standardisé de curcuma à 95%. Lors d’une unique étude, la même dose de curcuminoïdes a été apportée par les deux formules, dans les mêmes conditions, aux mêmes sujets.

 

 

 

C’EST LA MAGIE DES CALCULS ET DU MARKETING !

Chez Inolab, dans nos recherches et dans nos études,
nous nous intéressons qu’aux résultats chiffrés d’AUC, aux
doses de produits actifs ingérés, aux ingrédients et aux protocoles.

 

Des questions ? 

Découvrez nos articles !