L'équilibre acido-basique et l'acidose tissulaire

Sommaire

  • Le pH et ses indices acides et alcalins
  • Pourquoi vouloir « supprimer l’acidité » de notre corps n’a aucun sens?
  • Comment le corps s’équilibre-t-il ?
    Les différents systèmes tampons
  • La régulation des acides
  • Quelles sont les causes de l’acidose tissulaire ?
  • Quels sont les signes majeurs d’une acidose tissulaire ?
  • Quelles solutions pour retrouver son équilibre acido-basique ?

QUE RETENIR ?

  • L’acidité de notre organisme est variable, à l’intérieur comme à l’extérieur de notre corps
  • Un sommeil de qualité est indispensable pour éviter une acidification 
  • Une alimentation variée et équilibrée est primordiale
  • Bougez au quotidien, car la sédentarité est l’ennemi de cet équilibre acido-basique
  • Préservez-vous du stress

Derrière ce terme singulier se cache une mécanique essentielle au fonctionnement normal de l’organisme. Qu’est ce que l’acidité? Qu’est ce que l’alcalinité (autre nom pour désigner le mot « basique »)? Faut-il tout faire pour “s’alcaliniser”? C’est ce que vous allez découvrir dans cet article.

Le pH et ses indices acides et alcalins

Sans entrer dans de trop longues et complexes explications, il faut simplement savoir que l’évaluation d’un milieu basique ou acide se mesure par son pH (pH signifie potentiel hydrogène). L’activité et la concentration de l’ion hydrogène sont mesurées dans le milieu étudié (dans de l’urine par exemple avec une bandelette de test de pH).
Plus la concentration en ions hydrogène est élevée, plus le milieu étudié est acide. A l’inverse, plus la concentration est faible, plus le milieu est basique.
On utilise une échelle de pH allant de 0 à 14, dont le chiffre 7 représente la valeur équilibre. Les valeurs de pH inférieures à 7 sont considérées comme acides tandis que les valeurs de pH supérieures à 7 sont considérées comme basiques ou alcalines.

La valeur normale du pH sanguin est située entre 7,35 et 7,45. Une léger dépassement vers l’acidité (en dessous de 7) ou l’alcalinité (dés 7,8) est synonyme de mort.

Pourquoi vouloir « supprimer l'acidité » de notre corps n'a aucun sens?

Contrairement à ce que l’on peut croire, l’intégralité du corps humain ne doit pas maintenir un pH entre 7,35 et 7,45. Cette valeur est spécifique au sang.
Un organe comme l’estomac peut avoir un pH très acide pour dégrader correctement les différents aliments que nous ingérons. Par exemple, une bouchée de viande ne se dégrade pas au même niveau d’acidité qu’un morceau de banane (plutôt alcalin). Grâce à l’acide chlorhydrique, le pH de l’estomac peut descendre à 2 afin de découper les protéines. Pour cette raison, les personnes en hypochlorhydrie (manque de sécrétion d’acide chlorhydrique) peuvent rencontrer de nombreux troubles digestifs.
Autre exemple, à la surface de notre peau, le pH doit être légèrement acide afin de se défendre contre les agents pathogènes. Des lavages trop agressifs et répétés (comme avec le gel hydroalcoolique) peuvent endommager la surface de la peau, la décaper, et fragiliser sa barrière protectrice naturelle.
Le corps humain, que ce soit au cœur de ses organes ou à la surface de sa peau, doit maintenir différentes valeurs de pH pour s’assurer un fonctionnement optimal.

Comment le corps s'équilibre-t-il ?

Afin de maintenir l’équilibre et d’éviter tout changement brutal de pH qui pourrait conduire à la mort, l’organisme utilise des systèmes tampons qui lui permettent littéralement de tamponner les excès. Le principe du tampon est simple : il s’agit d’équilibrer un acide avec une base (issue de l’alimentation ou à défaut, prélevée dans les dents ou les os) afin de produire un sel neutre qui s’appellera « tampon ». Ce sel alors stabilisé ne représente plus un danger et devra être éliminé de l’organisme par deux voies possibles : la voie pulmonaire ou la voie rénale.

Les différents systèmes tampons

La première ligne de défense contre l’acidose sanguine réagit en seulement quelques secondes. Elle est composée de trois groupes de tampons sanguins :

  • l’hémoglobine
  • les protéines plasmatiques (grâce au pouvoir tampon des protéines)
  • les sels minéraux (bicarbonates du plasma)

 

La deuxième ligne de défense est le système pulmonaire avec la production de Co2.

La troisième ligne de défense est la régulation rénale avec la production de bicarbonates.

La quatrième ligne de défense est le mésenchyme (tissu de soutien des organes) qui constitue le système tampon le plus important de l’organisme.

La régulation des acides

Pendant la journée, le corps produit une grande quantité d’acides : l’alimentation, une position assise prolongée, le stress etc.
Le mésenchyme va stocker ces acides toute la journée pour pouvoir les traiter la nuit (autant dire qu’un sommeil perturbé favorise l’accumulation d’acides).
Durant la journée, l’organisme peut éliminer des acides dits faibles ou volatiles par la régulation pulmonaire. Une petite marche rapide de 30 min après le travail ou une activité sportive (idéalement en extérieur) permettent d’éliminer via la respiration une partie de ces déchets.
Pendant la nuit, si le sommeil est de qualité et qu’aucun grignotage nocturne ne vient perturber l’organisme, alors le foie et les reins, avec le concours du mésenchyme, peuvent faire leur travail et éliminer les acides dits forts ou non-volatils.

Quelles sont les causes de l'acidose tissulaire ?

L’acidose ou l’excès d’acidité dans les tissus est provoquée par l’accumulation d’acides exogènes (venant de l’extérieur comme l’alimentation) et endogènes (venant du fonctionnement de l’organisme). Normalement tamponnés, ces acides peuvent néanmoins submerger l’organisme si les conditions favorables à un déséquilibre acido-basique sont réunies. Quelles sont les causes qui peuvent provoquer ce déséquilibre et entraîner une acidose (liste non exhaustive) :

  • Une alimentation déséquilibrée, trop riche en sucres et/ou graisses de mauvaise qualité et/ou trop riche en protéines
    une consommation excessives d’excitants comme le café, les boissons énergisantes
  • La sédentarité, l’absence d’activité physique
  • Les régimes, le jeûne
  • Certains troubles de santé comme les maux de tête, les calculs rénaux, le diabète
  • Un défaut d’élimination
  • Une carence en micronutriments
  • Un manque de sommeil
  • Le stress

Quels sont les signes majeurs d'une acidose tissulaire?

L’acidose tissulaire peut s’exprimer à travers de très nombreux symptômes. En mettant en regard les symptômes ressentis à votre mode/rythme de vie, vous pourrez vous faire une première idée sur un potentiel excès d’acidité dans votre organisme. Cette liste de symptômes n’est pas exhaustive, elle donne les symptômes les plus courants d’une potentielle acidose tissulaire :

  • Fatigabilité, coups de pompes
  • Extrémités froides et frilosité
  • Hyperémotivité
  • Hypersensibilité au stress et difficulté d’adaptation
  • Allergies
  • Calculs rénaux
  • Déminéralisation : caries, sensibilité dentaire, pathologies articulaires
  • Phanères dévitalisés : ongles cassants, striés, tâchés, cheveux ternes et cassants

Quelles solutions pour retrouver son équilibre acido-basique?

Comme vous l’aurez compris, le mode et le rythme de vie jouent un rôle primordial dans le maintien de l’équilibre acido-basique. Si vous ressentez des symptômes associés à une acidose tissulaire, il peut être intéressant de faire le point sur les différents facteurs qui encrassent votre organisme et adopter quelques modifications dans votre hygiène de vie.
Vous pourriez privilégier une alimentation alcalinisante. L’idée n’est pas d’exclure tous les aliments acidifiants car vous pourriez faire face à une carence macronutritionnelle : les protéines animales ont un indice très majoritairement acide. Les légumes quant à eux sont majoritairement alcalinisants. Rééquilibrer votre assiette de sorte à manger davantage de légumes frais ou consommez des jus de légumes à l’extracteur sont un bon moyen d’augmenter sa consommation. Pour vous aider à reconnaître quels sont les aliments acidifiants et alcalinisants, vous pouvez consulter l’indice PRAL qui est un outil pouvant s’avérer utile, tout en ayant néanmoins certaines limites. En effet, tout aliment n’est pas doté d’un indice immuable, les conditions de culture et d’élevage, de récolte et d’abattage ainsi que le mûrissement pour les fruits et légumes peuvent influer sur le niveau d’acidité ou d’alcalinité d’un produit.
L’activité physique est un moyen simple et gratuit de favoriser l’élimination des acides. L’augmentation de la fréquence et de l’amplitude respiratoire accroît l’excrétion du Co2 et amplifie l’oxygénation cellulaire, ce qui agit sur le pH des organes en diminuant leur acidité.
Une supplémentation en minéraux alcalins comme le magnésium (sous forme assimilable comme le bisglycinate, le malate ou encore le taurate) pourrait soutenir l’organisme et lutter contre la fatigue.
Une supplémentation en vitamines du groupe B pourrait également être profitable pour lutter contre la dévitalisation des phanères (ongles, dents et cheveux) et soutenir les fonctions normales de l’organisme.
En cas de difficulté à résister au stress, certaines plantes aux vertus adaptogènes comme la Rhodiola* sont réputées pour réduire l’impact négatif dû au stress, ou encore l’Ashwagandha** qui favorise un meilleur sommeil, soutien la mémoire, les capacités d’apprentissage et améliore la stabilité émotionnelle.

Le corps humain, aussi complexe soit-il, à besoin de choses simples pour se maintenir en bonne santé. Chaque jour et en permanence, notre organisme s’adapte à nos choix de vie, à notre alimentation et à notre activité. Tout stress que nous subissons impacte notre équilibre interne, c’est pourquoi, l’adoption d’une hygiène de vie saine est le meilleur moyen d’aider votre corps à conserver ce précieux équilibre.

 

 

huile olive bienfaits

TOP 5 DES BIENFAITS DE L’HUILE D’OLIVE

L’huile d’olive gagne en popularité en raison de la graisse saine et des avantages qui l’accompagnent. La teneur élevée en graisses monoinsaturées présentes dans l’huile d’olive en fait un très bon choix lorsqu’il est utilisé pour la cuisson. Il s’accompagne également d’un large éventail d’autres avantages pour la santé. Voici les avantages que vous devez savoir sur l’huile d’olive.

Read More »

SOURCES

  • *la rhodiola est contre-indiquée pour les personnes bipolaires, pour les enfants de moins de 12 ans ainsi que pour les femmes enceintes et allaitantes. Si vous suivez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin.

Velislava, T et al. (2021, August 20). Plant Adaptogens—History and Future Perspectives. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8398443/

  • **L’ashwagandha est contre indiqué pour les femmes enceintes et allaitantes, les enfants, les personnes souffrant de troubles thyroïdiens, de troubles de la tension artérielle ainsi que d’hémochromatose. Si vous suivez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin.

Subhabrata, P et al. (2021, June 18). Withania somnifera (L.) Dunal (Ashwagandha): A comprehensive review on ethnopharmacology, pharmacotherapeutics, biomedicinal and toxicological aspects. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0753332221009598?via%3Dihub#fig0010

 

Vérifié indépendamment
240 avis