Laboratoire Inolab | 4 facteurs importants du vieillissement

4 facteurs importants du vieillissement

Le vieillissement est un processus continu et progressif auquel tout être humain est confronté. Il est souvent redouté, car représentatif d’une perte d’autonomie et d’une défaillance plus ou moins forte des différents organes. Les découvertes récentes permettent aux chercheurs de mieux en cerner les causes et d’envisager des stratégies pouvant prévenir certains de ses effets. Le but est  de mieux vieillir en
maintenant son état de santé physique et mental et d’éviter les maladies qui se développent avec l’âge.
Le vieillissement est un processus complexe et multifactoriel qui intervient dans la cellule dès l’âge de 25 ans

Au cours de la vie, la cellule subit des altérations liées à plusieurs processus :

 4  FACTEURS IMPORTANTS DU VIEILLISSEMENT

LE STRESS OXYDANT

Le stress oxydant correspond à une agression des cellules par des « espèces réactives de l’oxygène » (EROs) dont les plus connues sont les radicaux libres. Elles sont produites en permanence par l’organisme à partir de l’oxygène respiré, en particulier au niveau des mitochondries (organites cellulaires responsables de la respiration cellulaire). Les EROs sont ensuite normalement éliminées par des molécules antioxydantes (enzymes telles que la superoxyde dismutase ou la glutathion peroxydase, vitamines A, C et E, glutathion, flavonoïdes…). Le stress oxydant apparaît  quand il y a  un déséquilibre entre les systèmes de défense antioxydants et la production de radicaux libres

RACCOURCISSEMENT DES TÉLOMÈRES

Le télomère est l’extrémité d’un chromosome. Il aide à la stabilité du chromosome. L’ensemble des télomères protège les chromosomes et participe à l’intégrité du patrimoine génétique. Avec l’âge, la longueur de nos télomères diminue à chaque division cellulaire. Petit à petit, les télomères ne permettent plus de protéger les chromosomes auxquels ils sont rattachés. Ces derniers fonctionnent alors difficilement, se soudent entre eux. La survie des cellules concernées est alors menacée, entraînant ainsi celle des tissus qu’elles constituent puis celle de l’organisme.

LA GLYCATION

La glycation est le résultat de la réaction entre un sucre et des résidus de protéines. Une fois la réaction achevée, la protéine à présent « glyquée » ne réagit plus. Le corps ne peut plus l’utiliser, ni s’en débarrasser. Avec le temps, elles s’accumulent et viennent perturber le bon fonctionnement de l’organisme.

DOMMAGES SUBIS PAR L’ADN

L’ADN ou acide désoxyribonucléique constitue la molécule support de l’information génétique héréditaire

Il peut subir au cours du temps de nombreux dommages. Par exemple une erreur dans sa réplication peut survenir (La réplication de l’ADN désigne un phénomène qui a lieu lors de la division cellulaire, au cours duquel une molécule d’ADN parent se reproduit en deux molécules d’ADN fille identiques . Cette erreur, si elle n’est pas réparée, se perpétue ensuite à chaque division cellulaire et peut faire dysfonctionner ou mourir nos cellules entraînant de graves problèmes à l’organe concerné.

COMMENT CES FACTEURS DE VIEILLISSEMENT AGISSENT-ILS SUR LE CORPS ?

 

 

STRESS OXYDANT

Pour reprendre les explications ci-dessus, le stress oxydant est le résultat d’un déséquilibre entre les antioxydants et des substances oxydantes « les radicaux libres ». Ce stress conduit à l’ oxydation (réaction dans laquelle un atome ou un ion perd des électrons) de nombreux éléments de notre corps : protéines, lipides, sucres. Lorsqu’il atteint le noyau des cellules il peut provoquer des dommages à l’ADN (molécule porteuse de notre patrimoine génétique). L’accumulation de produits oxydés dans l’organisme entraîne un vieillissement accéléré des cellules et un affaiblissement du système immunitaire. Résultats : augmentation des maladies chroniques comme le diabète, le cancer, les maladies inflammatoires, la maladie d’Alzheimer ou encore le Parkinson. 

L’origine du relâchement des tissus vient ainsi du stress oxydatif. Les radicaux libres s’attaquent aux protéines de collagène et d’élastine contenues dans le derme mais aussi aux fibroblastes, cellules qui effectuent leur synthèse. Le pourcentage de fibres diminue et les rides apparaissent ou se creusent

Le tabagisme, la surexposition aux ultraviolets, la pollution, une mauvaise alimentation, l’alcool, les pesticides ou encore les produits chimiques peuvent endommager le fonctionnement du corps en empêchant la production d’antioxydants ou le fonctionnement de ces derniers.

RACCOURCISSEMENT DES TÉLOMÈRES

Les télomères sont des séquences d’ADN se trouvant aux extrémités des chromosomes qui permettent d’éviter la fusion des chromosomes entre eux et aident l’ADN à se répliquer à chaque division cellulaire sans faire d’erreur. Ces télomères raccourcissent avec le temps, au fur et à mesure des divisions cellulaires. Ils peuvent aussi s’oxyder sous l’effet d’éléments internes ou externes à l’organisme tels que l’inflammation, le tabac, l’obésité le stress… Lorsqu’ils deviennent trop courts , la cellule l’interprète comme un signal pour entrer en sénescence (cellules métaboliquement actives mais incapables de se diviser). Dans certains types de cellules (souches, reproductrices et malheureusement cancéreuses) les télomères peuvent être régénérés  sous l’action d’une enzyme (la télomérase). Hélas, les cellules sans télomérase sont vouées à une mort certaine après leur entrée en sénescence. Les télomères et la télomérase ont donc une place très importante dans les recherches actuelles contre le vieillissement et le cancer. 

 GLYCATION

Le glucose est indispensable au métabolisme énergétique de la cellule. Cependant, il participe à la glycation des protéines et des acides nucléiques et induit une modification de leurs propriétés biologiques. Au contact du glucose, les protéines sont modifiées dans leur structure en produisant des produits « terminaux » de la glycation ( AGEp) . Ces altérations protéiques vont induire des désordres au niveau de la cellule responsable de son vieillissement accéléré. De nombreuses études réalisées in vitro ou chez l’animal montrent que les effets des AGE peuvent être prévenus par des inhibiteurs de glycation, des molécules cassant la liaison sucre-protéines. De nouveaux sujets candidats à l’étude pourraient être prometteurs chez l’homme afin de prévenir ou traiter les effets délétères de ces toxines du vieillissement.

Le saviez-vous ? La glycation peut aussi provoquer la cellulite en durcissant les cloisons des cellules graisseuses. Les capitons se rigidifient, la peau d’orange devient plus dure, plus compacte

LÉSIONS DE L’ADN ET DU GENOME

Les lésions de l’ADN sont multifactorielles. Elles peuvent être dues à des facteurs externes environnementaux (soleil, cigarettes, pollution..) mais aussi à des facteurs internes. C’est le cas par exemple de la diminution, avec l’âge, des coenzymes qui permettent à certaines protéines spécifiques de « réparer » les lésions de l’ADN. De fait, malgré la capacité incroyable des cellules à réparer les dommages de l’ADN, des mutations s’accumulent au cours du temps. Cette accumulation peut alors entraîner soit la perte d’une fonction liée à un gène muté, soit l’autodestruction de la cellule, soit la prolifération des cellules. En ce sens, le cancer constitue une maladie du vieillissement.

Des questions ? Nous sommes là pour vous répondre. Vous pouvez nous contacter via notre page Facebook ou ce formulaire.