-10% sur votre 1ère commande avec le code : 1ERECOMMANDE

5 razones para tomar suplementos de vitaminas D y K

QUE RETENIR ?

  • Les vitamines B sont interdépendantes, c’est pourquoi il est important de les prendre ensemble pour un apport équilibré et complémentaire
  • Brevet Panmol apporte 100% des AJR de toutes les vitamines B 
  • Les vitamines B apportent de nombreux bienfaits dont : maintien de cheveux, peau et ongles normaux, bon fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, formation normale de globules rouges, réduction de la fatigue
  •  Le zinc est nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme, les carences sont cependant fréquentes
  • Le zinc dispose de nombreux bienfaits et il est particulièrement recommandé pour les problèmes de peaux.
  • Le zinc bisglycinate est le zinc le plus assimilable qu’il soit.

Nul besoin de prouver aujourd’hui que l’alimentation n’apporte plus autant de nutriments qu’au siècle dernier, c’est un fait établi. Cela engendre évidemment des répercussions sur la santé des plus fragiles, des ménages les plus modestes, mais aussi de la population en général. En effet, quand bien même vous mangeriez des produits bio chaque jour et auriez une hygiène de vie saine, rien ne vous garantit que vous ayez assimilé suffisamment de nutriments pour vous garantir une santé pérenne.


En ce qui concerne la vitamine D, l’ANSES considère qu’un Français sur 10 serait en insuffisance. Quant à la vitamine K2, contrairement aux nourrissons, il est plus rare pour un adulte d’être carencé. Certaines maladies gastro-intestinales peuvent toutefois être à l’origine d’un déficit en vitamine K. C’est pourquoi, de nos jours, il est courant et recommandé de se supplémenter en nutriments.

Dans cet article, nous parlerons plus particulièrement de l’intérêt de se supplémenter en vitamines D et K et de l’avantage à les associer.

Tout d’abord, il est important de faire un point sur ce que sont les vitamines D et K, car elles ne sont pas seules.

Pourquoi de la vitamine D ?

La carence en vitamine D est très fréquente en France. Près de 80% de la population adulte serait concerné par ce trouble. Elle se manifeste par des pathologies musculaires et osseuses. Les personnes les plus à risque de présenter une carence sont les nouveaux nés, les nourrissons, les femmes enceintes, les végétariens, les vegans, les femmes ménopausées ainsi que les personnes à peau mate et foncée.

Qu’est-ce que la vitamine D ?

Nous avons tous vu au moins une fois dans une publicité que la vitamine D renforce les os. Mais la vitamine D, ce n’est pas que la vitamine D, elle est en réalité multiple. En vérité, il existe 5 formes de vitamine D : D2, D3, D5, D6 et D7. Ici, c’est surtout la vitamine D3 qui va nous intéresser.

La vitamine D3 se trouve principalement dans les poissons gras (flétan, truite saumonée, truite arc-en-ciel, maquereau, saumon…) mais aussi dans l’huile de foie de morue. Les dernières références nutritionnelles fournies par l’ANSES préconisent des apports journaliers en vitamine D se situant entre 10 et 15 µg/jour avec une limite maximale de sécurité de 100 µg/jour chez l’adulte et l’adolescent à partir de 11 ans.

Qu’est-ce que la vitamine K ?

Comme la vitamine D, la vitamine K n’est pas unique.

La vitamine K comporte 3 types de vitamines K :

  • La vitamine K1 (la phylloquinone) que l’on trouve dans les végétaux
  • La vitamine K2 (la ménaquinone ou ménatétrénone) qui est synthétisée par les bactéries de l’intestin
  • La vitamine K3 (la ménadione) est une vitamine de synthèse. Celle-ci, contrairement aux deux précédentes, est hydrosoluble.

Nous allons nous intéresser à la vitamine K2.

Les bactéries de l’intestin sont capables d’assurer environ 70 % de la production de vitamine K2. Il convient donc de combler les 30 % restant par l’alimentation. La vitamine K est toutefois très sensible à l’oxydation. Les aliments qui en contiennent doivent, de ce fait, être consommés rapidement ou stockés à l’abri de la lumière.
Les principales sources de vitamines K2 sont les produits laitiers comme l’edam ou le lait entier, mais aussi le jaune d’œuf cru, le beurre doux ou les aliments fermentés comme le natto (à base de haricots de soja) et la choucroute.
Pour un adulte, les apports journaliers conseillés en vitamine K sont de 45 microgrammes. Ce taux augmente à 70 microgrammes pour les personnes de plus de 75 ans.
Les carences en vitamines K peuvent se manifester par des saignements courants, des hémorragies, des fractures à répétition ou encore des problèmes dentaires. Ce type de carence est plus observé chez les nouveaux nés, les nourrissons, les personnes âgées et les personnes souffrant d’ostéoporose ou de malabsorption intestinale, ainsi que chez les personnes dont l’alimentation n’est pas équilibrée.

Il apparaît donc évident qu’une personne carencée en vitamine D3 et K2 est plus à risque de développer diverses pathologies tant leur rôle respectif est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme.

 

Pourquoi la vitamine K2 et la vitamine D3 sont elles si importantes pour l’organisme ?

Raison n°1 : La vitamine D3 contribue au bon fonctionnement du système immunitaire.

La vitamine D3 tient en effet un rôle prépondérant dans le maintien d’un système immunitaire performant. Elle participe à l’activation de celui-ci. De ce fait, un manque de vitamine D3 favorise l’apparition de maladies et leur récurrence (comme la grippe et autres infections virales), mais aussi des maladies auto-immunes.

Or, veiller à assurer un apport suffisant en vitamine D3 permet de bénéficier de ses propriétés antivirales, antibactériennes et anti-inflammatoires. C’est pourquoi se supplémenter en vitamine D3, surtout en période hivernale, peut s’avérer être un choix judicieux.

Selon le Dr F. Vandangeon, pharmacien, la vitamine D3 « permet de diminuer les symptômes des maladies auto-immunes » [2]. Elle soulage également les douleurs vertébrales et articulaires. En effet, selon une étude, publiée dans la revue Orthopédie clinique et recherches connexes de Novembre 2013, réalisée sur 107 patients atteints d’ostéoarthrite, il a été observé une diminution significative de la douleur dans les genoux et les articulations suite à une supplémentation en vitamine D3. Les personnes âgées ont donc tout intérêt à prendre de la vitamine D3 pour préserver la qualité de leurs articulations.

Raison n°2 : Les vitamines D3 et K2 préservent de l’ostéoporose et assurent une bonne qualité de l’ossature.

La vitamine D3 est indispensable pour assurer la bonne santé des os. Elle permet de maintenir une bonne minéralisation de l’ossature, condition primordiale pour assurer le développement normal du squelette. En effet, selon une Note du cadrage sur « l’utilité clinique du dosage de la vitamine D » (réalisée par la Haute Autorité de Santé), la vitamine D « joue un rôle majeur dans la croissance et la minéralisation osseuse » et « intervient dans l’homéostasie phosphocalcique ». Cela signifie qu’elle agit aussi sur l’absorption du phosphore et du calcium. Ce dernier est d’ailleurs le minéral le plus abondant dans les os et les dents. Il est donc important de veiller à un apport suffisant en vitamine D3 chez les enfants, dès la naissance, au risque de perturber le développement de leur squelette et de leur dentition.

Quant à la vitamine K2, elle est dite « vitamine de la masse osseuse ». En effet, plus votre organisme contient de vitamine K2, plus il développe des os solides [3][4]. Il a aussi été observé au Japon, dans une région où le natto, riche en vitamine K2 est très consommé, que les femmes connaissent très peu de fractures de la hanche au cours de leur vie contrairement aux autres japonaises. Ce taux élevé de vitamine K2, augmente donc la protection contre les éventuelles fractures. D’ailleurs, les fractures à répétition observées chez les enfants [5] et les personnes âgées [6] sont dues en majorité à un déficit de vitamines K2 dans l’organisme, d’où l’intérêt de supplémenter cette catégorie de la population, plus fragile.

Raison n°3 : Les vitamines D3 et K2 préservent des troubles musculaires.

La vitamine D3 permet d’améliorer la condition physique en général. Elle favorise même l’endurance et augmente la vitesse [7]. En effet, selon les conclusions du Dr Paule Nathan, Médecin endocrinologue, diabétologue et nutritionniste, publiées sur le site de la médecine du sport, « la vitamine D peut améliorer la performance sportive chez les athlètes déficients et protège sa santé globale ». C’est pourquoi elle est si prisée des grands sportifs. Ils peuvent ainsi augmenter leur performance juste en ajoutant de la vitamine D3 à leur régime alimentaire. Pour un public plus âgé, la vitamine D3 est particulièrement intéressante car elle réduit la fatigue, les risques de chutes et augmente la force musculaire. Ils peuvent ainsi continuer à évoluer en totale autonomie.

La vitamine K2 augmente quant à elle la capacité des muscles à endurer un effort important. Elle permet aussi de réduire le temps de récupération de l’organisme. C’est ainsi que 26 sportifs de haut niveau ont pu voir leur puissance cardiaque maximale augmenter de + 12% en prenant de la vitamine K2. Cette étude, réalisée sur 2 mois, a aussi mis en évidence une plus grande résistance physique à l’effort et une hausse de l’énergie [8].

Cette dernière permet aussi de réguler la glycémie [9]. En effet, une étude réalisée sur un peu plus de 38000 adultes, durant 10 ans, aux Pays Bas a démontré que la vitamine K2 préservait du diabète de type 2. Un autre essai réalisé sur 45 personnes pendant 3 mois a prouvé que la supplémentation en vitamine K2 a permis de diminuer le taux d’insuline à jeun et de réguler la glycémie.

Enfin, la vitamine K2 agit également sur le poids en favorisant la perte de graisse viscérale et abdominale principalement et ainsi de faciliter la prise de masse musculaire. Une supplémentation en vitamine K2, chaque jour durant 3 ans, sur plus de 200 femmes ménopausées a en effet, induit une perte de la graisse abdominales [10].

Raison n°4 : La vitamine K2 préserve des maladies cardiovasculaires et du diabète.

La vitamine K2 permet de se préserver des maladies cardiovasculaires car elle assure l’équilibre de la coagulation sanguine. En effet, une coagulation trop abondante pourrait causer un encombrement des artères voir des bouchons. Une étude réalisée sur 244 femmes par des chercheurs de l’université de Maastricht aux Pays-Bas a d’ailleurs permis de conclure qu’une complémentation en Vitamine K2 induisait une réduction significative de la rigidité vasculaire.

A l’inverse, si la vitamine K2 fait défaut, ce qui aurait dû être un saignement peu important pourrait se transformer en hémorragie faute de vitamine adéquate pour réguler le flux sanguin et gérer la coagulation.

De plus, la vitamine K2 agit favorablement sur l’insuline [11]. Une étude menée en 2011, durant 4 semaines, a démontré qu’une supplémentation en vitamine K2 a permis d’améliorer la sensibilité à l’insuline chez de jeunes adultes en bonne santé. Elle est, de ce fait, utile à la fois pour prévenir le diabète mais aussi lorsqu’une personne est sous traitement antidiabétique.

Raison n°5 : La synergie des vitamines D3 et K2 optimise l’assimilation du calcium, préserve de la calcification extracellulaire et améliore la protection de la sphère cardiovasculaire.

La vitamine D3 contribue à fixer le calcium sur les os. La vitamine K2 quant à elle, optimise cette action en contrôlant cette distribution du calcium de manière à donner la juste quantité, que ce soit sur les os ou sur tous les autres tissus de l’organisme.

Cette régulation est très importante, car bien que la vitamine D3 fixe le calcium, elle n’agit pas sur le taux de ce minéral qui peut s’avérer nocif à haute dose. 

Selon Alfredo Valdés, chercheur en phytopathologie métabolique, il est important, « (…) d’assurer un statut de suffisance en vitamine K afin que le calcium soit déposé là où nous sommes intéressés et non ailleurs ».
Son rôle est plus que primordial puisqu’elle est avant tout capable de chélater le calcium.

En effet, avoir trop de calcium dans l’organisme peut engendrer certaines pathologies, et notamment la calcification des vaisseaux sanguins. Lorsque ce minéral se retrouve en abondance dans l’organisme, il a tendance à s’entasser dans les artères, pouvant provoquer des troubles cardiaques. 

Il est, en effet, prouvé que les personnes en manque de vitamine K présentent une calcification artérielle nettement plus importante que les personnes non carencées.
Ainsi, la vitamine K2 agit comme un inspecteur qui régule la circulation du calcium et contrôle le travail de la vitamine D3. Cela prouve, une fois de plus, que la vitamine D3 et la vitamine K2 sont étroitement liées et doivent agir en synergie pour favoriser le bon fonctionnement de l’organisme.

Enfin, la vitamine K2 prise en concomitance avec la vitamine D3 permet une nette amélioration de l’élasticité des parois artérielles et luttent contre l’apparition de l’ostéoporose. Cette pathologie touche une femme ménopausée sur trois. Prises en prévention, ces vitamines permettent ainsi de préserver la qualité osseuse de ces femmes.

Sous quelle forme prendre la vitamine D ?

La meilleure forme pour la vitamine D est la forme huileuse. La vitamine D étant une vitamine liposoluble, l’huile permet à la vitamine D de passer directement dans le sang via la muqueuse buccale. Une vitamine D en gouttes est donc préférable aux formes gélules, qui de plus, contiennent des additifs n’ayant aucun intérêt pour la santé. Certains d’entre eux sont même controversés au niveau Européen. En effet, ils peuvent s’avérer nocifs pour la santé en participant à « l’effet cocktail », s’additionnant à toutes les autres pollutions environnementales et alimentaires (pesticides, nanoparticules, métaux lourds etc…). Pour cette raison, choisissez toujours des compléments alimentaires de qualité et sans additifs.

Une alimentation saine et équilibrée suffit-elle pas à couvrir les besoins journaliers recommandés en vitamines K2 et D3 ?

De nos jours, la qualité nutritionnelle des aliments et l’hygiène de vie ne cessent d’être remises en cause. Entre autres facteurs, la nourriture ultra-transformée, les méthodes d’agriculture intensive ou encore la sédentarité sont en ligne de mire. Une des conséquences immédiate et qui tend à s’accentuer dans tous les pays riches : une augmentation notable des personnes en situation de surpoids et d’obésité. Or, dans ce dernier cas, la vitamine D est difficilement assimilable puisqu’elle se fixe sur les graisses.

Ce manque de vitamine D concerne d’ailleurs la quasi-totalité de la population. C’est pourquoi les médecins recommandent couramment la supplémentation en vitamine D3. En ce qui concerne la vitamine K2, bien qu’elle soit peu observée dans notre pays, elle reste néanmoins intéressante parce qu’elle complète l’action de la vitamine D3. Il n’y a pas de risque de surdose, car la vitamine K2 n’est pas toxique. Bien au contraire, un apport supérieur au taux recommandé serait même bénéfique ! Selon le journaliste scientifique spécialisé en nutrition Julien Venesson, « Les vitamines K1 et K2 n’exercent aucune toxicité lorsqu’elles sont administrées par voie orale, même à dose élevée. Aucun apport maximum n’a donc été défini. ». Toujours selon lui, « l’apport d’une quantité élevée de vitamine K2 MK-7, notamment par le biais de la supplémentation, pourrait lutter contre la perte osseuse et limiter le risque de fracture ». [4]

 

En ce qui concerne les personnes souffrant de malabsorption intestinale, elles éprouvent naturellement beaucoup de difficultés à assurer leurs apports journaliers.

La formule DUOVIA D3+K2-MK7 propose une solution hautement assimilable et respectueuse de la santé puisque leurs compléments alimentaires sont conformes aux normes européennes et ne contiennent aucun additif controversé ni inutile. D’ailleurs, ce complément alimentaire, produit par le Laboratoire Inolab propose de la vitamine K2 sous la forme MK7, car celle-ci est obtenue naturellement par fermentation à partir de pois chiche. C’est une forme plus intéressante, parce qu’elle est d’origine végétale (contrairement à la MK4 synthétisée par l’organisme animal ou de manière chimique). De plus, elle dispose d’une durée de vie plus longue, pouvant ainsi atteindre à temps les tissus osseux et mous de l’organisme. C’est aussi pourquoi elle bénéficie d’une meilleure disponibilité que la MK4[12].

D’autres raisons incitent à avoir recours à la supplémentation. Par exemple, le fait que l’espérance de vie de la population s’allonge, implique de devoir soutenir plus longtemps des organismes moins performants, particulièrement sujets aux carences micronutritionnelles. Plus l’être humain atteint un âge avancé, plus son organisme éprouve des difficultés à équilibrer (entre autres) son niveau de calcium, et à synthétiser la vitamine D naturellement.

Enfin, notez également qu’en vieillissant, l’organisme est plus susceptible de développer des maladies métaboliques (hypercholestérolémie, diabète…) or la vitamine D3 et la vitamine K2 prises ensemble permettent d’augmenter le bon cholestérol, HDL, mais aussi d’agir sur les concentrations d’insuline. Des chercheurs ont ainsi mis en évidence, lors d’une étude sur 66 personnes diabétiques, durant 3 mois, que le fait d’associer de la vitamine K, de la vitamine D et du calcium permet une diminution de la concentration d’insuline et réduit sa résistance. Cette association contribue aussi à limiter le stress oxydatif et l’inflammation [13], grâce notamment aux propriétés anti-inflammatoires de la vitamine D3 [14].

C’est pourquoi, il apparait évident que la supplémentation permet de se prémunir de diverses pathologies sans pour autant mettre en danger l’organisme puisque Duovia est correctement dosé. Ainsi, la formule proposée par le Laboratoire Inolab apporte près du double des apports jugés satisfaisants par l’ANSES en vitamine D3 (en seulement 2 gouttes/jour) et  67% des apports journaliers recommandés en vitamine K2. Ce taux est donc bien au-dessus des 30% non synthétisé par les intestins.  Elle assure en plus une meilleure concentration en vitamines que celles que l’on peut avoir via l’alimentation.

Se supplémenter en vitamines D3 et K2 simultanément est donc recommandé à condition de sélectionner un complément alimentaire de qualité, intelligemment dosé, naturel de préférence, et d’observer une bonne hygiène de vie, chaque jour.

SOURCES

*Les références nutritionnelles en vitamines et minéraux, 2021, ANSES

https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-d-pourquoi-et-comment-assurer-un-apport-suffisant

https://www.santescience.fr/vitamine-k2/

https://www.julienvenesson.fr/toutes-les-formes-de-vitamine-k-ne-sont-pas-bonnes-pour-le-coeur/

Thèse du Docteur Héloïse Jeanne Grenier : Compléments alimentaires à base de vitamine K2: rôle dans le maintien du capital osseux et la prévention des calcifications vasculaires

Guide des vitamines et des minéraux pour une bonne santé, Sélection du Reader’s Digest

[1] Société Française de Médecine et de Physiologie de la Longévité https://www.sfmpl.fr/vitamine-d-et-immunit%C3%A9

[2] The role of menaquinones (vitamin K2) in human health. Bristish journal of nutrition 2013; Beulens J.W.J., Booth S.L. et coll.

[3] https://www.jstage.jst.go.jp/article/jnsv/61/6/61_471/_article

[4] https://www.julienvenesson.fr/vitamine-k2-mk7/

[5] L’impact de la vitamine K2 (ménaquionones) sur la santé et les maladies des enfants https://www.mdpi.com/2227-9067/9/1/78

[6] The American Journal of Clinical Nutrition : Etude sur l’Apport en vitamine K et densité minérale osseuse chez les femmes et les hommes

 https://academic.oup.com/ajcn/article/77/2/512/4689716

[7] https://www.lamedecinedusport.com/nutrition/correction-des-deficits-en-vitamine-chez-les-sportifs-une-obligation-pour-optimiser-leur-condition-physique/

[8] Consommation orale de vitamine K2 pendant 8 semaines, associé à une augmentation du débit cardiaque maximal au cours de l’exercice. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28646812/

[9] Effects of MK-7 Supplementation on Glycemic Status https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7326202/

https://diabetesjournals.org/care/article/33/8/1699/39146/Dietary-Phylloquinone-and-Menaquinones-Intakes-and

[10] Vitamin K-induced effects on body fat and weight: results from a 3-year vitamin K2 intervention study  https://www.nature.com/articles/ejcn2017146

[11] https://diabetesjournals.org/care/article/34/9/e147/38664/Vitamin-K2-Supplementation-Improves-Insulin

[12] Comparison of menaquinone-4 and menaquinone-7 bioavaibility in healthy women. Nutrition Journal. 2012. Sato T., Schurgers L., et al.

[13] https://www.lanutrition.fr/les-news/les-supplements-de-vitamines-d-et-k-bons-pour-les-arteres

[14] https://www.santescience.fr/vitamine-d3  

Vitamins D, C, and E in the prevention of type 2 diabetes mellitus: modulation of inflammation and oxidative stress https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3044790/